top of page
  • Photo du rédacteurPiment Rouge

ET LA BOUCLE SERA BOUCLEE



Alors que je n'avais pas prévu de refaire la traversée de l'Atlantique à peine quelques mois après mon retour à terre , j'y ai réfléchi et assez rapidement ai décidé d'aller jusqu'au bout car qui dit "aller" dit "retour" ou inversement . Je sais avoir fait le plus dur , en garde une certaine fierté très personnelle .

Cela me fait sourire lorsque j' entends des gens se vanter de soit-disant exploits qui n'en sont pas pour moi . Ma plus grande fierté a été de dire à mon fils Romain, qui a vécu des moments extraordinaires lors de son périple en Amérique Latine , "je l'ai fait !" quand il m'a dit que vivre une Transat faisait partie de l'un de ses rêves .

Je ne sais pas ce que j'attends de cette nouvelle Aventure puisque le voyage va se dérouler avec l' Arc + en mode régate à partir des Canaries . Je sais cependant que je vais retrouver un joli moment de nouvelles rencontres , de partage , de convivialité , de bienveillance , de respect . Et ça , c'est déjà énorme !!!

JEUDI 13 OCTOBRE :

Après 5h de route en voiture direction La Grande Motte , Pierre et moi retrouvons Piment Rouge tout au bout du ponton dans un état un peu sale après le passage de divers techniciens ....

Après quelques allers-retours entre la voiture et le bateau , François et son épouse Florence (venue gentiment nous aider avant notre départ ) se joignent à nous . Serge arrive peu après et nous nous réunissons au restaurant pour retrouver Claire notre dernière équipière pour la traversée jusqu'aux Canaries .

VENDREDI 14 OCTOBRE :

Tandis que les hommes gèrent les problèmes techniques , les femmes partent faire les courses alimentaires pour environ une semaine pour 5 personnes : pas évident quand on n'a pas l'habitude et que l'on ne connaît pas les goûts des uns et des autres . J'ai une pensée pour Hervé qui gérait ça très bien lors de notre retour .

L'équipe technique est encore présente puis celle du nettoyage arrive avec du retard . Pierre s'impatiente car il ne veut pas que l'on parte trop tard du port .Plus le temps de nettoyer l'intérieur de Piment Rouge : j'aurais bien aimé pourtant ! . Cela sera pour une autre fois ....

Les moteurs sont allumés et le temps de faire les manoeuvres de sortie du port de La Grande Motte , il est 19h lorsque Piment Rouge s'apprête à " s'envoler" pour une nouvelle traversée .

J'ai préparé un dîner de pâtes rapide et efficace car la fraîcheur s'installe rapidement , la fatigue aussi et chacun vaque à ses différentes occupations avant d'entamer sa première nuit de quart . En ce qui me concerne , c'est directement au lit que je m'effondre sans demander mon reste .

SAMEDI 15 OCTOBRE :

A 2h55 lorsque le réveil de mon téléphone se met à sonner , je comprends qu'il va falloir vite me réhabituer au décalage horaire . Pas toujours facile mais cela fait partie du jeu ! Il me faut un peu de temps avant de lever la tête et retrouver mes chères étoiles car le cerveau reste embrumé au début de mon quart . Les bateaux de croisière autour de moi m'aident à me reconcentrer très rapidement . Deux heures plus tard , je tombe dans les bras de Morphée ( qui est en fait un homme m'a appris Serge ) à peine allongée dans ma cabine .

La journée est belle , ensoleillée et nous en profitons pour faire un atelier "sécurité" tous les 5 sur le BIB ( radeau de survie ) et le MOB ( homme à la mer ) . Cela peut sembler glauque de prévoir le pire mais il est rassurant que chacun sache ce qu'il faut faire dans une telle situation . Je suis bien placée pour l'avoir vécu et confirme que cela n'arrive pas qu'aux autres comme on le pense souvent .....

Ce soir , après le dîner , je ne me sens pas en grande forme car la mer est quelque peu agitée alors je décide de m'allonger dans le carré en attendant mon quart de 23h afin de préserver mon estomac que je sens fragile ce soir .

En longeant les côtes Espagnoles cette nuit , je pense à nos 3 garçons non loin de là qui se sont retrouvés ce week-end pour faire la fête ensemble en famille . Je pense aussi à mes amis Muriel et Denis qui viendront retrouver leur fille Amicie quelques jours dans le sud de l'Espagne .

DIMANCHE 16 OCTOBRE :

La nuit est nuageuse ; j'observe de nombreux avions dans le ciel (nous sommes entre Barcelone et Madrid ) et des éclairs au loin qui heureusement ne se rapprocheront pas de Piment Rouge !

Je dirais que la journée s'est déroulée de façon paresseuse comme un dimanche à terre avec un temps grisâtre qui donne envie de "buller" aurement dit de ne rien faire : siestes , lecture , thé pour se réchauffer ....

La prise d'une petite dorade coryphène redonne du peps à cette journée un peu tristounette . Pierre propose à l'équipage un Ti Punch revigorant toujours bien accueilli qui réchauffe le corps et le coeur !!!

LUNDI 17 OCTOBRE :

Mon quart de 5 à 7h se déroule tranquillement . L'absence de vent m'oblige cependant à me rapprocher des côtes pour ne pas que le Code 0 ne faseye mais qui dit côte dit bateaux de pêcheurs . Et ils sont très nombreux dans cette partie de l'Espagne ! Pierre arrive au bon moment pour prendre son quart ; ainsi nous pouvons faire les manoeuvres ensemble pour nous éloigner des bateaux .

la journée est belle et ensoleillée ce qui est très agréable . Nous avons droit en plus à la présence de dauphins de temps à autre qui nous offrent quelques sauts à admirer .

Lorsque tous les équipiers sont disponibles , nous en profitons pour revoir les consignes " en cas d'incendie" , savoir où se trouvent les extincteurs , comment éteindre un feu de cuisine ou dans la cale moteur etc ...Mieux vaut prévenir que guérir !

Le soir arrive vite alors que l'on a l'impression de n'avoir rien fait de particulier si ce n'est regarder la mer , ouvrir un livre ,faire une sieste , préparer les repas .

MARDI 18 OCTOBRE :

Lorsque mon téléphone me réveille à 00h55 , je me demande pourquoi je fais cette transat .C'est pour moi le quart le plus dur : être réveillée brusquement alors que l'on est dans un sommeil profond relève du masochisme d'autant plus qu'il m'est difficile à la fin de mon quart de me rendormir comme si de rien n'était .La nuit a été calme avec quelques éclairs au loin et un joli croissant de lune derrière moi .Peu avant la fin de mon quart , j'ai entendu un grand "PCHTTTTTT" et suis allée dans le carré voir ce que c'était , d'autant moins rassurée après les consignes "incendie" de l'après-midi .

En fait , un gilet de sauvetage s'est gonflé tout seul , peut-être dû à l'humidité ? Cela reste encore un mystère ...

Nous faisons une escale au port de Almerimar pour prendre du carburant car le peu de vent que nous avons ces jours derniers nous oblige à mettre les moteurs ; cela ne plaît pas à l'équipage bien évidemment car Piment Rouge est avant tout un voilier . Mais où se cache Eole ?

De 21 à 23h ce soir , c'est la nuit noire comme je ne l'ai peut-être même jamais vue ! Seuls les cargos non loin maintenant du détroit de Gibraltar me permettent d'y voir un peu plus clair . Je retrouve la bioluminescence dans l'eau qui me fait toujours penser à des diamants .

MERCREDI 19 OCTOBRE :

A 7h ,le ciel est toujours sombre mais nous permet à Serge et moi d'apercevoir des dauphins à l'avant du bateau qui brillent de mille feux : un spectacle dont on ne se lasse pas ..... L'arrivée est imminente à Gibraltar alors tout le monde est sur le pont . François et Serge se régalent d'un copieux petit-déjeuner salé puis sucré : trop mignons tous les 2 en tête-à-tête avec le lumignon rouge derrière eux .

Nous nous arrêtons du côté Anglais pour un plein des tanks et des bidons puis allons à la marina Alcaidesa côté Espagnol ( juste un aéroport à traverser ) pour y passer une nuit tranquille après avoir fait le plein d'avitaillement , technique , nettoyage du Piment , lessive etc etc : la vraie Vie quoi !!!

Ce soir , nous allons dîner à terre au restaurant " Bodebar " ( incontournable étape de Piment Rouge ) de divers tapas et d'un délicieux Gin( Hendrix )Tonic qui en appellera bien évidemment un deuxième .

JEUDI 20 OCTOBRE :

Le ciel est encore noir lorsque je me lève après une belle nuit silencieuse sans moteurs et sans secousses et pourtant il est déjà 8h du matin . Tout le monde est réveillé et se prépare doucement à quitter le port pour rejoindre l'océan Atlantique et les Canaries d'ici quelques jours .

Nous sommes entourés de cargos ce qui est normal étant près du rail ; nous sommes aussi accompagnés de bancs de dauphins qui ne s'approchent malheureusement pas assez pour que l'on puisse les regarder jouer . La pêche est bonne puisque le capitaine a attrapé un joli thon : quelques bons repas frais en perspective !

Le froid commence à se faire ressentir davantage au fil de la journée ; nous admirons un joli coucher de soleil dans les tons orangés avant de dîner et de nous réchauffer dans le cockpit maintenant bien protégé des intempéries grâce à de nouvelles toiles rajoutées judicieusement par le capitaine . Les amateurs du couchage extérieur apprécieront grandement .

VENDREDI 21 OCTOBRE :

De là où je suis , c'est-à-dire quelque part dans l'Océan , je souhaite par la pensée un bon anniversaire à mon frère André , Michael et Flora.

Je retrouve avec plaisir à 3h ( toujours rester positive même quand le corps n'est pas d'accord ) un joli ciel étoilé et surtout les apparitions de 5 à 6 étoiles filantes .Waouah !!! Entre elles et les dauphins , le ciel et la mer nous ont gâtés !

Le soleil fait de timides apparitions dans la matinée mais la fraîcheur s'installe dans l'après-midi . Les moteurs sont allumés car il n'y a pas ou peu de vent ; ce n'est pas le plus agréable surtout avec la longue houle qui nous accompagne depuis ce matin mais il faut bien avancer vaille que vaille .

J'ai lu dans la journée un très beau roman de Yasmina Khadra "Les hirondelles de Kaboul" ( merci François ) qui m'a bouleversée de par son horrible réalisme et c'est , dans une humeur peu encline à la fête , que j'effectue mon quart en regardant le ciel changeant : parfois nuageux , parfois étoilé .

SAMEDI 22 OCTOBRE :

Ce matin à 9h , le ciel reste brumeux avec un soleil qui a du mal à percer et il en sera ainsi toute la journée . Comme nous sommes samedi ( tout prétexte est bon ) ,le capitaine nous propose un verre de vin au déjeuner et le soir à l'apéro ! Nous en profitons pour sortir les nouveaux jeux de société et faisons tous ensemble une partie de Skyjo après plusieurs essais de compréhension de la règle des jeux .

Cette nuit a attiré quelques dizaines de criquets sur Piment Rouge : espérons qi'ils ne viennent pas envahir le carré et se nourrir insidieusement .

DIMANCHE 23 OCTOBRE :

Enfin un peu de vie sur l'eau et dans le ciel à 5h ce matin ! Entre les étoiles filantes ,la ceinture d' Orion , la planète Mars au-dessus de ma tête remarquable à sa couleur orangée , les Pléiades ou "sept soeurs" ( clin d'oeil à mes amies lectrices ) , le tanker sur mon tribord qui ne passe pas très loin et le catamaran Sirocco sur mon babord qui passe encore plus près , j'ai de quoi en avoir plein les yeux ....

Dès mon réveil , je suis soulagée de voir le soleil briller , le bleu du ciel et donc la mer plus belle à regarder . Les couleurs remontent le moral et le soleil permet de sécher le linge toujours un peu humide . L'apéritif avant le déjeuner dominical est plus alcoolisé pour certains : la sieste digestive n'en sera que meilleure .....

Nous tentons de comprendre un nouveau jeu " Time Bomb " qui nous laisse dubitatifs ou alors nous n'avons pas bien compris la notice ! Qu'importe , nous faisons 2 parties de Skyjo car celui-ci plaît à tous .

LUNDI 24 OCTOBRE :

Durant mon quart de 1 à 3h , j'observe le ciel bien plus animé ( étoiles filantes , avions ) que la surface de l'eau . Par contre , quand je vois toute cette eau autour de moi , je préfère ne pas penser à la vie grouillante au-dessous .

Je pense très fort à ma fille Marie qui fête aujourd'hui ses 27 ans !

En fin de matinée ,nous avons eu la chance d'apercevoir au loin 2 jets d'eau qui se sont rapprochés peu à peu ( avec tout de même une distance raisonnable ) de Piment Rouge : serge a identifié 2 rorquals . Peu après le déjeuner , nous en avons vu un qui s'est rapproché à l'arrière babord du bateau sans doute pour jouer puis s'est finalement éloigné .

Nous voilà arrivés au mouillage de l'île de Graciosa vers 18h00 . Je commence à préparer le dîner car Pierre nous a prévu une séance cinéma ce soir . Nous réalisons que nous devons modifier nos appareils pour être au bon horaire soit 1h en moins aux Canaries : ce qui nous laisse de quoi boire un verre puis un deuxième avant le repas .

Notre choix de film n'est pas le meilleur qui soit mais nous permet de passer une bonne fin de soirée et surtout de nous endormir rapidement bercés par le bruit des vagues contre les rochers .

MARDI 25 OCTOBRE :

J'ai une pensée pour Laurent ,le fils aîné de Pierre , qui fête aujourd'hui son anniversaire .

Ce matin , l'air est frais tout comme la température de l'eau mais le capitaine nous a demandé de nettoyer la coque alors quand il faut y aller , on y va !

J'ai heureusement retrouvé mon shorty qui va me permettre de rester dans l'eau un peu plus longtemps que prévu . Je fais mon travail tout en maudissant Outremer qui devait s'en charger avant notre départ en Transat .

Comme il ne fait pas particulièrement beau , nous ne penserons même pas aller à terre comme prévu le matin pour ceux qui voulaient aller marcher .

MERCREDI 26 OCTOBRE :

Ce matin , nous attendons de savoir si Piment Rouge peut être caréné pour un antifouling et vérification du moteur dont l'huile est d'une couleur anormale . La réponse est négative car le bateau est trop grand alors à 9h30 , les moteurs sont allumés et nous voilà repartis jusqu'à la marina Rubicon de Lanzarote que nous atteindrons 6h plus tard .

Avec Pierre , nous partons faire quelques courses , réserver la voiture de location pour le lendemain puis nous allons nous promener avec Claire dans la marina qui est très jolie , très propre avec de belles boutiques et de nombreux restaurants .

Nous dînons sur Piment Rouge et ne tardons pas à aller au lit car nous ne voulons pas partir trop tard demain matin .

JEUDI 27 OCTOBRE :

A 8h30 , nous voilà tous les 5 prêts à partir visiter Lanzarote . Les maisons sont toutes de couleur blanche ; ce qui tranche avec la pierre volcanique et la terre noire .Elles sont très bien entretenues avec principalement des touches vertes dans les jardins puisque l'on y voit des palmiers ou nombreux cactus .

Notre premier arrêt s'effectue dans le Parc National de Timanfaya où après nous être garés sur le parking du site , nous montons dans un bus qui nous transporte dans les "montanas de fuego" (montagnes de feu ) . Sur un fond musical de circonstance tel que " 2001 L'Odyssée de l'Espace" pour finir la balade , nous sommes éblouis devant la beauté naturelle du parc . Nous traversons un paysage grandiose de cratères , vagues de lave , immenses étendues de scories et de cendres avec une palette de couleurs magnifiques : noir , brun , ocre , jaune , rouge . La dernière éruption date de 1824 mais il reste encore à certains endroits au niveau du sol des températures qui dépassent les 100 degrés Celsius .

Malgré un paysage austère de prime abord , nous ne pouvons pas rester insensibles devant un tel décor incroyable . Toute l'architecture conçue dans ce site pour les nombreux touristes que nous croisons et que nous sommes , est faite avec beaucoup de goût .

Après un arrêt sur la place de Teguise , l'une des plus anciennes communes des Canaries , nous nous dirigeons vers le nord de l'île pour admirer la vue splendide du Mirador del Rio .C'est un lieu superbe créé par César Manrique , le célèbre artiste de Lanzarote . Il a mêlé la roche et le verre dans une belle harmonie . Le panorama sur l'île de La Graciosa est exceptionnel ce qui ne fait qu'ajouter du charme au site !

Nous allons déjeuner sur une placette de la bourgade de Haria avant de repartir vers la vallée de la Geria , le principal vignoble de l'île . Là encore , le paysage est magnifique ; sur un sol volcanique , les méthodes de culture sont particulières : les vignes sont abritées par des cercles , demi-cercles ou murets en pierre . C'est très original et toutes ces différentes figures géométriques forment une belle harmonie dans le paysage .

Nous rentrons en fin d'après-midi ; Pierre et Claire vont directement profiter d'un bain rafraîchissant dans la piscine de la marina où je les rejoindrai plus tard tandis que Serge et François restent bricoler sur le bateau .

Nous allons dîner dans un restaurant de tapas et finirons la soirée autour d'un verre dans le bar de la marina juste à côté de Piment Rouge . Nous avons tous passé une belle journée ainsi qu'une belle soirée .

VENDREDI 28 OCTOBRE :

J'ai une pensée pour mon père aujourd'hui .

François est allé nous chercher du pain frais et des croissants ce matin : un régal ! Nous nous préparons tranquillement à partir et passons par la station service ; le "gosier" de Piment Rouge se déssèche très vite . Comme il n'y a pas de vent et que l'on désire avancer un peu , il faut bien allumer les moteurs !

Nous ne tardons pas à atteindre l'île des Lobos ( et non pas "bolos" comme dit le capitaine ) pour un mouillage dans une belle eau claire . Nous y déjeunons et les plus courageux se lancent dans le grattage des coques peu après le déjeuner . Je me prépare à y aller quand Claire me recommande de rester sur le bateau car le courant est fort .Effectivement , chacun remontera fatigué de l'expédition nettoyage de coque à contre-courant .J'ai été désignée par le capitaine pour l'élection de la plus belle coque mais nous la repoussons à demain .

SAMEDI 29 OCTOBRE :

Les moteurs sont allumés à 7h pour quitter le mouillage et aller jusqu'au bout de l'île de Fuerteventura :la Punta Jandia , que nous atteignons vers 18h . La navigation a été longue du fait de la météo et ironie du sort : le vent se lève lorsque nous posons l'ancre !

Cela ne nous empêche pas de prendre un apéro samedi soir oblige . Je suis un peu déçue en goûtant le rosé des vignes de Lanzarote qui me rappelle le rosé Bordelais . Bon , ça ira mieux demain ...

DIMANCHE 30 OCTOBRE :

Effectivement , cette journée s'annonce plus belle que celle de la veille . Pour commencer , nous avons quand même un doute sur l'heure puisqu'il est 7h et qu'il fait jour contrairement aux jours précédents . Ah oui , il est vrai qu'il y a eu cette nuit le changement d'heure d'hiver et comme il y a une heure de décalage entre la France et les Canaries , il doit être .... Bref , on s'en fiche pour l'instant ; n'est-ce pas Serge ?

La navigation est belle ce matin : soleil et vent sont présents et le Code 0 fait parfaitement son travail . Pour parfaire l'image , quelques dauphins de Risso ( 1ère fois que j'en vois ) s'approchent de Piment Rouge : juste le temps de nous montrer leurs ailerons et dessins sur le corps différents de ce que j'ai vu jusqu'à présent !

Après cette belle navigation appréciée de tous avec une bande musicale sympathique qui plus est , nous arrivons au port de Las Palmas dans l'île de Gran Canaria peu après 15h . Nous prenons nos repères puisque nous y resterons une semaine .

Ce soir , nous allons nous promener dans la marina , voir les bateaux concurrents puis nous allons dîner au restaurant avant de retourner sur Piment Rouge pour un dernier verre de rhum .

LUNDI 31 OCTOBRE :

Il n'est plus temps de paresser au lit ! Après un copieux petit-déjeuner avec pain frais et croissants ( Merci François ) , certains vont faire les courses tandis que d'autres s'occupent de la technique .

Je pars l'après-midi avec François à pied à l'agence pour qu'il achète son billet de ferry pour Fuerteventura jeudi matin . Comme il fait beau , nous allons déguster une glace ; Pierre et Claire nous rejoindront un peu plus tard . Nous partons acheter quelques perruques et lunettes pour la soirée disco de mercredi soir avec l'Arc + . Pour ce soir , nous ne passons pas inaperçus tous les 5 , affublés d'un serre-tête d'Halloween avec au bout des antennes 2 jolies petites têtes de mort !

En effet , nous sommes invités pour un apéro à 18h30 puis dîner ( payant ) à 20h dans un joli restaurant avec pour voisins de table nos futurs concurrents Américains , propriétaires de Hélia 2 , un Outremer 51 . Nous passons une bonne soirée tous ensemble .

MARDI 01 NOVEMBRE :

La matinée passe vite en lessives à la laverie tandis que Pierre et Serge s'occupent de toutes les formalités pour l'Arc + . L'après-midi , malgré le jour férié , certains magasins sont ouverts donc nous allons chez Décathlon , Ikéa et pour finir dans la bonne humeur , dans un magasin de costumes à la recherche de tenues pour la soirée disco prévue demain soir .Ce soir , le dîner est festif tant au niveau gustatif que l'ambiance quand nous pensons aux costumes que devront mettre les garçons demain !

MERCREDI 02 NOVEMBRE :

Ce matin , après un bon petit déjeuner avec du pain frais ( quel bonheur ... ) , François et moi allons nous balader dans le quartier de la Vegueta , quartier historique de Las Palmas . Nous allons nous cultiver au musée " Casa de Colon " qui retrace les différents voyages de Christophe Colomb à partir de 1492 . L'endroit est beau avec un magnifique patio dans lequel 2 perroquets circulent librement à côté des touristes . Nous prenons le temps de boire un verre rafraîchissant à l'ombre des arbres sur une petite place avant de retourner retrouver nos équipiers sur le bateau .

Cet après-midi , atelier couture pour la soirée disco : encore un bon moment de rigolade entre François qui joue à fond son rôle d'Elvis Presley et Serge qui essaie d'enfiler sa "culotte" de policier des Village People .

A 20h30 , vêtus de nos habits de fête et coiffés de perruques rose fluo , nous sommes tous fin prêts à envahir la piste de danse . Nous passons une très bonne soirée dans une belle ambiance avec une jolie rencontre : l'équipage Américain du Catana 53 Hanuman .

JEUDI 03 NOVEMBRE :

Couchés à 3h , réveillés à 7h par le nettoyeur de coque et levés à 7h30 pour partager un petit-déjeuner avec François avant son départ , la matinée est longue lorsque le manque de sommeil se fait sentir ....

A 11h , nous sommes bien placés pour voir la démonstration d'un hélicoptère qui vient chercher un éventuel blessé à bord d'un bateau . C'est très impressionnant à voir et on imagine aisément la difficulté de l'opération quand cela se passe pour de vrai en mer !

A 12h30 , je vais avec Claire voir en piscine la démonstration d'un radeau de survie et l'utilisation des gilets de sauvetage . Nous espérons ne jamais avoir à nous en servir !

A 18h30, il y a un apéritif offert par un partenaire de l'Arc + puis nous allons dîner peu après avant d'aller nous coucher .

VENDREDI 04 NOVEMBRE :

Serge est allé chercher Catherine à l'aéroport qui arrive tard dans la nuit .Nous nous réveillons tous vers 1h du matin pour l'accueillir .Le temps de discuter , il est vite 2h30 lorsque nous allons nous coucher . A 10h , nous partons au supermarché remplir 4 gros caddies que nous nous ferons livrer dans l'après-midi . Pierre est rentré à pied puis Catherine et Vincent tandis que Claire et moi ramenons la voiture au parking du port . Quelle surprise en apercevant l'amende sur le pare-brise car le parking est payant ; ce que nous n'avions pas vu .....

A 18h30 ,Pierre et moi allons à l'aéroport chercher Hervé notre dernier équipier avec le fameux Code D que nous ne pensions plus avoir pour maintes raisons . L'équipage est donc maintenant au complet et nous trinquons à Piment Rouge ( Piment , Piment , Piment , Piment Rouge !!! ) avant d 'aller à la dernière soirée de l'Arc + .

SAMEDI 05 NOVEMBRE :

Claire et moi retournons acheter les fruits et légumes au supermarché avant de rendre la voiture de location . Pierre et Serge ont encore quelques derniers rendez-vous avant le départ . Hervé s'escrime depuis hier sur son téléphone pour récupérer le réseau qu'il n'arrive pas à obtenir . Nous sortons du port pour quelques essais de la nouvelle voile et déjeunons en navigation : un avant-goût de ce que l'on va vivre demain .

Ce soir , Pierre a invité les 5 catamarans ( 3 Outremer dont 1 qui fera l'Arc et non pas l'Arc + ) qui se trouvent autour de nous dans la marina mais nous ne nous coucherons pas trop tard ; régate oblige .

DIMANCHE 06 NOVEMBRE :

Nous prenons tous un petit-déjeuner copieux : il faut être en pleine forme pour le départ des multicoques prévu à 12h45 .Ce matin , nous allons faire un dessin sur un rocher pour rendre hommage à Piment Rouge comme cela se fait traditionnellement avec le prénom des équipiers . Claire a préparé au pochoir un dessin du bateau pris sur le dos d'un tee-shirt ; le rendu est très joli : merci à toi Claire pour le temps passé à peaufiner le motif sur bois !

A 11h , nous quittons la marina discrètement comme d'habitude ; c'est-à-dire Serge à la barre et nous 6 à fond dans notre chorégraphie avec nos guitares gonflables sur du ACDC ! Nous avons fait sensation : tous les bateaux nous ont salués et filmés .

Après un essai de voiles ( Code 0 et Solent ) en fonction du vent , nous sommes prêts à franchir la ligne de départ avec le Code 0 . Nous passons entre le bateau des douanes et un Lagoon 50 Sirocco juste quelques secondes après le départ officiel : bien joué !

Nous voilà partis : nous nous débarrassons rapidement du gilet de sauvetage obligatoire (chut ! ...) ,déjeunons , allons nous reposer selon les quarts de chacun et cela ma rappelle la Transat retour . Le Code 0 est remplacé par le Code D après concertation entre Pierre et Serge . La lune est pleine alors la visibilité est claire mais les étoiles sont moins visibles du coup : on ne peut pas tout avoir . Les quarts ne se font jamais seul(e) : 1h30 avec un équipier et 1h30 avec un autre . Le capitaine a fait son planning pour les quarts de façon cohérente et nouveauté sur le tableau : il y aura un roulement pour la cuisine et vaisselle afin que chacun participe à la vie du bateau .

LUNDI 07 NOVEMBRE :

La nuit a été quelque peu agitée mais très supportable à côté de ce que j'ai vécu dans l'autre sens . Mes premières pensées sont pour ( par ordre d'ancienneté pour ne froisser personne ) : François , Sylvie , Muriel et Anne-Laure . Je vous souhaite à tous les 4 un joyeux anniversaire !

Il est étrange de se dire que nous sommes en régate alors que depuis ce matin , nous n'avons croisé que des cargos .Jusqu'à hier soir , nous pouvions encore voir au loin nos concurrents mais aujourd'hui rien à l'horizon . En fin d'après-midi , nous voyons comme des gros poissons sauter hors de l'eau .Cela semble être des thons lorsque soudain surgissent des dizaines de dauphins les uns derrière les autres faisant de grands sauts très rapidement : c'est un banc en train de chasser sans doute après les thons aperçus auparavant : spectacle fascinant bien que trop bref !

MARDI 08 NOVEMBRE :

J 'ai eu la chance d'apercevoir cette nuit quelques belles longues étoiles filantes illuminer le ciel malgré la pleine lune .

Ce matin , l'équipage décide de changer de voile pour mettre le spi et cela se fait plutôt vite et bien . On est tous contents d'apprendre que Piment Rouge est le premier multicoque en tête , derrière le monocoque Italien " Fra Diavolo " . La place la plus proche du Floating Bar est une motivation essentielle pour les équipiers de Piment Rouge présents l'année dernière car celui qui arrive le premier sera le mieux servi en ce qui concerne la place de la marina . Nous surveillons de près "Hélia 2 " le 2ème Outremer 51 qui se situe derrière nous ( entre 30 et 35 mn ) puisque nous naviguons " à armes égales " : que le meilleur gagne !

MERCREDI 09 NOVEMBRE :

Arrive le quart un peu dur pour moi : de 1h30 jusqu'à 4h30 puisqu'il casse le sommeil profond . Serge me raconte quelques jolies anecdotes familiales ( bel hommage à ta grand-mère ! ) qui font passer le temps très vite . Hervé prend la relève et nous papotons tout en sirotant une tasse de café pour lui et camomille pour moi .

Je suis réveillée vers 8h30 par un cri .Je m'inquiète toujours en entendant crier sur un bateau songeant en premier à l'homme à la mer . En fait , l' équipage essaie d'enlever le spi mais la manoeuvre s'annonce plus compliquée que la mise en place . Ils arrivent tant bien que mal à le retirer ( le ranger correctement se fera plus tard ) et à le remplacer par le Code D .

Depuis ce matin , la mer est un peu plus agitée et on se fait un peu plus bringuebaler que d'habitude . J'aperçois beaucoup d'exocets et ai malheureusement loupé les dauphins , un requin et une tortue . C'est dommage mais comme me dit très justement Hervé : "on ne peut pas toujours avoir les yeux rivés sur la mer ". Exact mais ..... dommage !

JEUDI 10 NOVEMBRE :

A 4h30 , au moment de mon quart , la question de l'empannage se pose mais Serge décide de ne rien changer pour l'instant .Le ciel est nuageux mais la lune éclaire parfaitement l'océan . Seules les étoiles sont plus timorées et jouent à cache-cache derrière les nuages .

A 6h , à la fin de son quart , Serge préfère que l'on fasse un empannage ; ce qui réveille Vincent qui dort dans le cockpit et Claire qui dort dans le carré . Cela me va bien puisque Claire restera avec moi jusqu'à 7h30 alors que j'étais censée être seule . Nous admirons la lune , les nuages qui forment de jolis dessins dans le ciel et l'aube qui apparaît derrière Piment Rouge .

Alors que nous nous rapprochons doucement mais sûrement du Cap-Vert , nous apprenons que le classement n'a pas changé et que le monocoque Italien ne va pas tarder à arriver à terre .Il arrivera peu après midi heure locale .

De notre côté , nous continuons nos quarts respectifs et allons nous coucher le soir venu .

VNEDREDI 11 NOVEMBRE :

Vers 1h du matin , tout le monde est sur le pont plus ou moins bien réveillé jusqu'à la ligne d'arrivée à 2h30 quasiment au même moment que l'année dernière ! Il faut encore compter une heure jusqu'à l'amarrage au ponton de Mindelo .Nous fêtons notre arrivée au champagne et gâteau aux pommes préparé par Catherine !!! Certains poursuivront par un mojito made in Piment Rouge by Serge !

Pour l'anecdote , nous avons mangé une galette faite par Vincent il y a quelques jours dans laquelle Pierre a ajouté un bouchon en plastique représentant la fève . Celui qui l'a trouvée ( en l'occurrence Hervé ) a eu un gage : se faire offrir par chacun de ses équipiers un cocktail choisi par l'équipier offrant . Suite à un tirage de jeu de cartes , j'ai été la première à inviter Hervé en fin de matinée et n'ai pas été déçue ( ni Hervé d'ailleurs ) par la teneur en alcool du fameux cocktail : une pina colada pour mon invité et un mojito pour moi ; Heureusement le déjeuner qui a suivi m'a permis d'éponger un peu et de faire une longue sieste tout l'après-midi pour évacuer les vapeurs d'alcool car les cocktails étaient plutôt surchargés en rhum .....

Vers 19h00 , c'est au tour de Pierre d'inviter Hervé . De notre côté , nous nous préparons à aller boire un verre au Floating Bar ; lieu connu de tous les marins lors de l'escale à Mindelo pour profiter en plus de la connexion Wifi quand nous ne sommes pas trop nombreux , ce qui est rarement le cas !

Catherine offre à son tour un cocktail à Hervé bien chargé lui aussi en alcool .Il est temps d'aller dîner alors n'ayant pas réservé de table , nous attendons tranquillement à l'extérieur d'un restaurant pendant que Serge offre un coup à boire à Hervé qui éprouve le besoin de manger pour éponger tout le liquide absorbé .

Nous nous promenons un peu dans la ville pour digérer tranquillement et allons ensuite dans un bar écouter de la musique car la vendeuse de tee-shirt de la marina nous a recommandé d'aller écouter son fils qui y joue . Nous passons un excellent moment à écouter de la bonne musique tandis que Vincent et Hervé sirotent en tête à tête une boisson dont ils n'arrivent pas vraiment à distinguer l'origine . Ils sont trop mignons à regarder d'autant plus qu'ils se sont fait faire des tresses tous les 2 .

La soirée est d'autant plus sympa qu'une femme ( nous apprendrons qu'elle est de Genève ) fête son anniversaire et offre un verre à tous ceux présents dans le bar , en plus d'une part de gâteau au chocolat !

Soudain arrive un moment de panique lorsque Catherine se rend compte que quelqu'un a touché à son sac et lui a volé son téléphone ainsi que ses lunettes de vue . Nous menons notre enquête en en parlant autour de nous . Il s'avère que c'est un jeune homme qui n'en est pas à son premier larcin et est connu dans l'île . Hervé et Vincent ( tels Starsky et Hutch ) prennent un taxi avec le batteur de la soirée , partent dans un quartier mal fâmé et reviennent bredouille . Claire remonte le moral de l'équipe en offrant un cocktail . Pierre et moi décidons alors de rentrer sur Piment Rouge sur lequel se trouve déjà Serge fatigué de sa nuit blanche de la veille .

SAMEDI 12 NOVEMBRE :

A 9h30 , nous partons en minibus faire un tour de l'île ; excursion programmée par l'Arc + avec notre guide Carlos qui passe un bon moment avec nous . Tels des enfants dissipés , nous ne pouvons nous empêcher de chanter , de rire tandis que nos compagnons de bus Américains ou Anglais sont on ne peut plus sérieux .

L' après-midi , chacun s'occupe . J'avoue que j'apprécie ce moment de calme que nous avons rarement sur un bateau . Le soir , nous allons dîner dans un restaurant le long de la plage : la musique est forte , la chanteuse chante faux et la nourriture est insipide . Nous ne tardons pas à aller nous coucher .

DIMANCHE 13 NOVEMBRE :

Pas de grasse matinée ce matin : départ à 6h30 pour prendre le ferry à 7h jusqu'à l' île de Santo Antao . Arrivés au débarcadère après environ 1h de trajet , Humberto notre guide nous attend avec un chauffeur pour une visite des principaux sites à voir .

Nous commençons par grimper " la route des Portugais " construite à partir de touts petits pavés sur une longueur impressionnante ; après quelques arrêts pour profiter de jolies vues , nous atteignons le mirador de Pico Da Cruz et sommes tous bluffés devant la beauté du lieu . Le paysage est d'autant plus incroyable que très changeant avec des nuages qui le modifient sans cesse . La nature est particulièrement luxuriante car il a beaucoup plu récemment ce qui n'est pas fréquent . Nous descendons ensuite jusqu'au cratère pour découvrir tout ce qui y pousse abondamment essentiellement en fruits et légumes . Des vaches y paissent et l'on peut voir de nombreuses chèvres avec lesquelles les locaux font du fromage . Nous partons déjeuner au village de pêcheurs Ponta Do Sol dans un restaurant avec vue sur les vagues impressionnantes qui déferlent le long du petit port . Une marche s'impose ensuite pour longer la côte et admirer différentes vues sur la mer .

Après un passage dans une distillerie pour goûter quelques liqueurs locales , nous arrivons à l'hôtel Figueiral où une douche chaude sera la bienvenue ainsi qu'un dîner servi par 2 jeunes Français . Nous ne tarderons pas à aller nous coucher après avoir décidé tous ensemble de la chanson que nous entonnerons si nous sommes amenés à monter sur le podium " We will rock you " de Queen .

LUNDI 14 NOVEMBRE :

Comme prévu , notre guide vient nous chercher à 8h30 à l'hôtel . Après une petite marche non loin de sa maison , nous allons jusqu'au phare de Porto Novo , capitale de l'île. Puis nous partons dans les terres voir quelques sites , jusqu'au restaurant Babilonia Lagedos dans lequel nous passerons un joyeux moment . Non seulement la nourriture est excellente avec du porc grillé parfaitement mais en plus un guide local nous offre une animation inattendue en chantant et jouant très bien de la guitare . C'est le sourire aux lèvres et repus après un bon repas que nous reprenons la route jusqu'au ferry . La fatigue se fait sentir ce soir auprès de tout l'équipage . Nous allons dîner au "Nautilus" juste en face de la marina , sans grand appétit mais avec tout de même encore une petite place pour un dessert alors que j'étais la seule au début à vouloir finir par une note sucrée !

MARDI 15 NOVEMBRE :

Un grand moment pour moi ce matin : je suis montée au mât jusqu'à la première barre de flèche pour l'instant ..... Aujourd'hui , nous fonctionnons au ralenti . C'est une journée off où chacun fait ce qu'il a envie de faire et cela fait du bien . Nous attendons le verdict ce soir puisque c'est la soirée de l' Arc + qui nous donnera le classement des bateaux et nous saurons alors qui montera sur le podium .

Alors que nous avons reçu au dernier instant nos nouveaux tee-shirts rouges peints à la main avec nos prénoms , quelle belle surprise lorsque Piment Rouge est appelé à monter sur le podium pour sa première position dans la catégorie multicoque . Pour ne pas faillir à notre réputation , nous fêtons le trophée dignement comme il se doit au Floating Bar !!!

MERCREDI 16 NOVEMBRE :

La matinée se déroule au ralenti après cette soirée festive . La sieste est la bienvenue sur Piment Rouge pour une bonne partie de l'équipage . Pierre , Serge et moi allons visiter "Hanuman " un Catana 53 car nous avons sympathisé avec l'équipage Américain très sympa depuis Las Palmas . Il est temps de prendre un taxi pour aller à Sao Pedro faire une marche jusqu'au phare Farol . Serge reste sur Piment Rouge pour régler un problème avec le gréeur . Malheureusement , nous sommes partis un peu trop tard de la marina alors nous ne pourrons atteindre le phare car le sentier n'est pas sécurisé et la nuit arrive vite . Nous trouvons tant bien que mal le restaurant Santo André pour lequel nous étions venus là et après avoir eu du mal à nous faire comprendre par la jeune femme qui nous a servi , nous reprenons le taxi de l'aller pour rentrer à la marina .

JEUDI 17 NOVEMBRE :

Ce matin , chacun se prépare au départ . Hervé , Vincent , Claire et moi partons faire un premier plein de courses au supermarché . Un jeune plongeur vient nettoyer la coque et des gréeurs viennent changer les haubans suite à une fissure . Nous profitons des dernièrs moments à terre : derniers achats locaux , messages à la famille et aux amis ...

Nous sortons dîner au Café Mindelo où nous passons une excellente soirée musicale avec un très bon groupe dont un guitariste assez âgé qui nous bluffe par sa dextérité à jouer de sa guitare en ajoutant parfois un verre qui donne un son très original .

Nous avions l'intention de boire un dernier verre au Floating Bar mais devant l'ambiance morose , nous préférons rejoindre directement Piment Rouge .

VENDREDI 18 NOVEMBRE :

Ma première pensée est pour ma soeur Florence dont c'est l'anniversaire aujourd'hui .

Hervé , Catherine et Claire partent au marché acheter les fruits et légumes .Serge monte une dernière fois au mât vérifier le travail des gréeurs . Pierre prépare la musique de sortie de la marina ; ce sera "we will rock you " de Queen qui une fois de plus ne nous laissera pas sortir incognitos .

Le départ géré par Serge se déroule parfaitement . Le solent , installé par prudence au départ , est vite remplacé par le Code D . Un empannage bien maîtrisé par l'équipage nous permet même de passer devant Fra Diavolo le gagnant de la 1ère étape . Celui-ci ne tardera pas à passer devant Piment Rouge puis fairplay à repasser derrière en nous saluant avant de s'éloigner vers , on s'en doute un peu , une seconde victoire .

Vers 19h , Catherine assise à babord , s'aperçoit que quelque chose cloche sur le Code D . Et ,alors que je suis assise au poste de barre , j'entends un déchirement et vois la voile s'ouvrir vers le bas . Heureusement , l'équipage réagit très rapidement et arrive à la récupérer avant qu'elle ne tombe à l'eau . Nous dînons rapidement et ce soir , il me tarde que mon quart se finisse à 22h30 pour aller au lit sans tarder .

Je me réveille régulièrement car la mer est agitée et me secoue régulièrement dans ma cabine ; cela me rappelle la transat retour , le froid en moins .....

SAMEDI 19 NOVEMBRE :

Ce matin , le soleil est présent et la mer est belle avec ses nombreuses vagues qui nous portent confortablement . La journée se déroule paisiblement pour nous bercés par les vagues .

Lorsque arrive l'heure de mon quart pour la préparation du dîner , nous sommes un peu plus secoués que bercés : je dois jongler entre la cuisson sur la plaque , celle dans le four et ceci avec une lampe frontale car nous devons faire attention à l'énergie consommée .

Cela me convient d'être ensuite de quart de 22h30 à 1h30 ; ainsi j'espère mieux dormir que la nuit dernière très agitée .

DIMANCHE 20 NOVEMBRE :

Peine perdue , malgré la fatigue et les vagues moins cassantes , je me lève un peu groggy . Je constate en fait que nous le sommes tous quand je vois une partie de l'équipage affalé dans le carré ou cockpit . Et cela dure une bonne partie de la journée .

Le spi a été mis ce matin à la place du solent et demande donc une vigilance un peu plus accrue pour rester correctement en place . Neuf aigrettes apparaissent soudainement et tournent autour de Piment Rouge , partent et reviennent plusieurs fois : c'est un joli spectacle à regarder .

Le spi est remplacé par le gennaker .

Serge propose de préparer un Ti Punch maracuja qui fait l'unanimité avant le dîner et nous requinque . S'il n'en avait tenu qu'à moi , je serais allée au lit de suite sans manger car la fatigue se fait sentir .

LUNDI 21 NOVEMBRE :

Après une demi-nuit un peu agitée , il est temps pour moi de me lever même si 1h30 du matin n'est pas une heure raisonnable .... Le ciel est nuageux ; les prévisions de pluie se révèlent inexactes heureusement . Je retrouve avec plaisir la beauté du ciel étoilé mais le vent commence à forcir . Le capitaine ne dort pas ; Serge termine son quart remplacé par Hervé . Alors il est décidé ,tout en réveillant Vincent , de remplacer le gennaker par le solent .

Je suis toujours admirative de voir l'équipage bien s'accorder lors des changements de voile et c'est d'autant plus impressionnant lorsque la manoeuvre est faite de nuit . Le capitaine rappelle avec raison ses équipiers à l'ordre sur le port du gilet de sauvetage . Oups ! Moi-même n'ai pas été raisonnable puisque je suis à la barre sans mon gilet .

Ce matin , la mer est belle avec de longues vagues portantes . Nous modifions tous nos téléphones d'une heure en moins pour nous rapprocher progressivement du décalage de l'arrivée à Grenade .

Ce soir , le capitaine rappelle les consignes en cas de mauvais temps car des nuages sont annoncés et il est important de pouvoir anticiper leurs conséquences . De même il nous rappelle qu'il est essentiel de porter les gilets lors de la nuit venue surtout durant des navigations mouvementées . Puis , pour passer aux choses agréables , nous savourons les lasagnes cuisinées par Serge ; délicieux plat dont je ne me lasse pas ...

MARDI 22 NOVEMBRE :

A 6 h ce matin , une grosse averse arrive qui lave le pont de Piment Rouge . Après la pluie , c'est le beau temps qui revient et m'offre un très joli lever de soleil !

La journée se déroule paresseusement entre les siestes , la lecture , la préparation des repas etc ... Le capitaine réussit à contacter Hélia 2 l'autre Outremer 51 qui ne se trouve pas très loin de nous .

Ce soir , Serge nous offre une leçon sur les étoiles essentiellement pour Claire qui en a fait la demande . Je commence à en reconnaître de plus en plus dans le ciel et suis toujours autant émerveillée par cette féerie lumineuse .

MERCREDI 23 NOVEMBRE :

Enfin une vraie nuit sans quart qui me permet de récupérer un peu , même si j'ai été réveillée plusieurs fois par de belles pointes de vitesse ( 23, 8 noeuds ).

La matinée se révèle bien nuageuse et pluvieuse . Nous arrivons à voir au loin Hélia 2 qui commence à nous rattraper mais pas pour longtemps : à défaut d'arriver les premiers (le monocoque Fra Diavolo a une belle avance sur tout le monde ) , nous espérons fortement arriver en première position dans la catégorie multicoque !!!

L'après-midi , nous recevons un appel d'un Baily 5.4 " Saphir" qui nous a aperçu et nous contacte par VHF . C'est sympa d'avoir des contacts en plein milieu de l'océan !

Ce soir , pour fêter le fait d'être passés à moins de 1000 miles , nous faisons un apéro dînatoire agrémenté entre autres des restes de frigo pour ne rien gaspiller .

JEUDI 24 NOVEMBRE :

Je ne m'habituerai décidément pas au quart de 1h30 - 4h30 !!! A peine couchée , il faut déjà se lever ... Et en plus , avec les nuages qui annoncent des ondées plus ou moins régulières .

Ce qui nous donne du courage est la belle allure du bateau , avec un bon cap , un bon vent et la distance qui s'accroît entre Hélia 2 et nous . En fin de quart , les nuages ont disparu et j'ai la chance de retrouver la Grande Ourse dans le ciel que je n'avais pas vue depuis cet été !

La pluie fait son apparition et s'installe pour la matinée . Heureusement , l'apparition de 2 rorquals illumine ce début de journée nuageux et pluvieux . C'est un temps à aller au cinéma l'après-midi alors nous regardons sur l'ordinateur du capitaine une comédie américaine déjantée de Ben Stiller " zoolander " qui nous fait passer un bon moment !

Les journées passent vite même si nous avons l'impression de ne pas faire grand-chose . En ce qui me concerne , le plus dur à gérer est la récupération du manque de sommeil la nuit d'autant plus qu'il commence à faire chaud dans les cabines .

VENDREDI 25 NOVEMBRE :

Pas la moindre petite étoile en me levant à 4h30 ce matin ....Le ciel est gris ,nuageux . Le soleil essaiera vainement de percer un peu les nuages sans succès . Le gennaker est remplacé par le spi assez facilement ce matin car nous avons perdu de l'avance sur Hélia 2 .

Nous conservons toujours notre seconde place depuis le début et tenons à la garder . La concurrence loyale puisque le bateau est identique a du bon car elle permet de booster l'équipage . Nous avons une certaine fierté tout de même !!!

Alors que je pensais résister au sommeil , je m'endors à 21h30 mais le téléphone me rappelle à l'ordre 50 minutes plus tard . Piment Rouge surfe sur les vagues à une belle vitesse et le ciel est joliment illuminé . Pour parfaire le tableau , des dauphins viendront jouer le long de la coque pour notre plus grand plaisir ; et d'autant plus grand que je ne me sentais pas d'aller les voir près de l'étrave vu l'allure rapide du bateau .

SAMEDI 26 NOVEMBRE :

Ce matin , j'apprécie de prendre une douche par mer " calme " ( tout est relatif au vu de ces derniers jours de navigation ) . Le spi est mis à la place du gennaker mais il faut le surveiller sans cesse à l'aide d'un barber manuel . Hervé a la gentillesse de rester avec moi durant mon quart qui se passe dans le siège baquet tribord , la tête toujours levée pour surveiller le vent dans la voile . A 13h30 , alors qu'il commence à y avoir quelques gouttes de pluie , Vincent nous remplace même si ce n'est pas son quart . Soudain , ce ne sont plus quelques gouttes mais des trombes d'eau qui se déversent sur lui . Cela nous fait tous rire , lui le premier , vêtu de son peignoir , ses lunettes de soleil sur le nez . Petit clin d'oeil à Vincent : merci pour ce bon moment de rires même si cela a été à tes dépens .....

La fatigue se fait de plus en plus sentir et les inattentions au moment des changements de voile s'accumulent . La descente du spi ne se déroule pas correctement et oblige Serge à monter au mât pour le décoincer . La voile finit en vrac et est amenée jusqu'au cockpit pour la remettre le plus correctement possible dans son sac .

Pour finir , nous nous apercevons au moment de faire la vaisselle qu'il n'y a plus d'eau douce dans les réservoirs .....

DIMANCHE 27 NOVEMBRE :

Lorsque je monte au poste de barre à 4h30 , Hervé n'est pas tout seul car le vent monte et la question est de savoir si l'on garde ou non le gennaker . Le pilote automatique se déconnecte et il devient difficile de garder cette voile . Face aux 35 noeuds de vent , la question ne se pose plus mais là encore , la situation se complique avec une mer agitée et il est urgent d'affaler le gennaker ! Lorsque je vois Serge sauter sur la voile pour qu'elle ne tombe pas dans l'eau , puis Hervé et Vincent , cela me rappelle de mauvais souvenirs d'homme éjecté à la mer .....

Peu après , une fois que tout le monde est retourné se coucher et que le vent s'est calmé , il est étrange de me retrouver seule au siège de barre comme s'il ne s'était rien passé . J'arrive à dormir une heure avant de retrouver tout l'équipage attablé au petit déjeuner ce qui arrive rarement à cause des quarts . Une fois repus , nous nous apprêtons à mettre le spi et là .....

Je suis au poste de barre prête à faire le relais entre les garçons devant et les filles derrière qui ne voient pas ce qui se passe . Serge me demande d'aller au -20 et de commencer par -10 ce que je fais . Sauf que ...... j'ai appris avec Pierre à toucher sur la flèche de gauche ( touche rouge ) quand c'est négatif et flèche de droite ( touche verte ) quand c'est positif . Or , il aurait fallu que je fasse l'inverse . Erreur de compréhension ; Claire me réconforte en me disant qu'elle aurait fait comme moi mais devant la colère de Serge , le spi qui a eu un accroc , je m'en veux énormément .

L'accroc est réparé mais la voile n'arrive pas à remonter correctement .Le capitaine commence à en avoir marre de tous ces changements de voile qui depuis hier ne se passent pas correctement . Les forces s'épuisent ce qui est normal au bout de 9 jours en mer car la navigation est mouvementée depuis quasiment notre départ du Cap-Vert et la fatigue des quarts n'aide pas à la performance physique .

Finalement , le dernier essai du spi est concluant et permet à tous de se poser un peu . Pour ceux qui me connaissent bien , la digestion est plus longue à se faire ...

Nous déjeunons en 2 services pour surveiller le spi lorsque arrive un nuage noir . Par prudence , on le baisse pour mettre le solent à la place même si on se rend compte finalement que l'on aurait pu le laisser . Cela permet à ceux qui n'avaient pas fini leur assiette de terminer leur déjeuner et de goûter aux oeufs au lait préparés par Hervé .

Vers 15h , le spi est à nouveau mis en place un peu plus facilement que les fois précédentes mais l'exercice reste toujours ardu car il y a toujours un blocage à un moment donné . Le capitaine a changé les heures de quart dès cet après-midi . Il nous tarde d'arriver maintenant et de préférence devant Hélia 2 !!!

Lorsque le soir tombe , nous restons dormir dans le cockpit ou le carré car nous devons être tous rapidement sur le pont , chaussés , nos gilets de sauvetage attachés avec une lampe frontale pour parer au plus vite aux grains qui menacent dans le ciel .

Je n'ai pas compté le nombre de changements de voile mais lorsque le spi se déchire sur la martingale après plusieurs essais compliqués , il y a comme un moment de flottement . C'est la deuxième voile déchirée et pour le capitaine , cela commence à faire beaucoup ....

D'autant plus que la nuit va être longue et que notre concurrent le plus proche nous rattrape doucement mais sûrement . Entre deux manoeuvres , je m'endors à moitié dans le carré tout en écoutant Hervé et Vincent faire des pronostics sur nos possibilités de gagner ou de perdre .

LUNDI 28 NOVEMBRE :

Finalement , le décision est prise entre Pierre et Serge de mettre le gennaker même si l'enrouleur est cassé: c'est notre dernier espoir ! . La manoeuvre se déroule bien surtout quand elle se passe dans le noir sur une mer agitée et lorsqu'il s'agira d'affaler la voile , les cris de victoire démontrent parfaitement le soulagement de tous que cela se soit bien passé .

Bravo aux quatre garçons de s'être démenés autant sans rien lâcher car les manoeuvres n'étaient non seulement pas toujours faciles mais démoralisantes quand il s'agissait de les répéter suite à un problème . Le spi , entre autres , a donné beaucoup de fil à retordre car il s'est rarement déroulé correctement en une seule fois . Et les noms d'oiseaux ont maintes fois fusé lors de sa montée ou de sa descente !!!

On a faim , on a soif , on est fatigués , on voit Hélia 2 au loin se rapprocher de nous mais quel bonheur lorsque nous atteignons ENFIN la ligne d'arrivée avec juste 12 minutes devant notre concurrent . Wouah , comme c'est bon : on s'embrasse , on se congratule , la pression descend doucement . Comme nous sommes des gentle(wo)men , nous mettons notre tee-shirt Piment Rouge Arc + 2022 pour faire la ola et féliciter Hélia 2 pour leur belle performance de ces derniers jours .

Vincent nous met alors de la bonne musique revigorante et Piment Rouge arrive à la marina de St Louis à 7h heure locale sous les applaudissements des gens de l'Arc + et quelques badauds . J'ai les jambes flageolantes en arrivant sur le ponton ; ce qui ne s'arrangera pas avec le planteur alcoolisé de bienvenue que l'on nous offre dès que l'on pose pied à terre .

Le monocoque gagnant Fra Diavolo vient nous saluer et nous féliciter puis nous faisons de même avec Hélia 2 . Pour la petite anecdote , cela nous fait rire quand nous voyons l'état de leur bateau qui est d'une propreté incroyable surtout après 10 jours en mer : rien ne traîne chez les Américains bien disciplinés . Par contre , s'ils voyaient l'état du nôtre , je pense qu'ils seraient choqués !!! Oh my godness , une truie n'y retrouverait pas ses petits ...

Allez , il est temps de goûter au gâteau de l'arrivée : un gâteau au chocolat qui a le bon goût de la victoire . Les téléphones s'activent pour recevoir ou donner des nouvelles de la famille , des amis . Et luxe suprême , on a accès aux sanitaires de la marina qui sont d'une propreté et d'un confort comme je ne me souviens pas en avoir déjà vus avec climatisation s'il vous plaît !

Voilà , l' Aventure se termine et la boucle se referme . J'ai eu un peu de nostalgie hier soir en regardant les étoiles et la lune qui brillait d'un joli croissant . Elles me manquent déjà ...

FIN




















223 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page